And you mean you love me

Do you remember the good time in Winter

Hiver 2010, Paris

We were skiing together, we laughed and we sang

On the glittering ice, we drew traces to bang

The white land where two birds die, you remember…

 

You told me one morning: “I’ll always stay with you”

And you’d die with me as those two birds on the ice

Now you’ve left me without regret, that’s your right

Leaving me pine away without a smile from you

 

Do you mean you love me as you leave on a tree

You forget everything even your promise

Just because in summer there’s no more ice

Or your love had melted like the ice becoming free!

 

All glittering things aren’t gold

Like pretty figured girls with their sweet smile

Their love you got only lasted for awhile

Butterflies went away as flowers became old…

 

(Un poème écrit durant les années Lycée -1972-73- lors des exercices d’anglais. Etonnant quand même que j’aie pu songer déjà à la neige et au ski. L’hiver et ses attributs –qui n’existent pas dans les pays chauds- devaient alors représenter quelque chose d’extraordinaires dans mon imagination alors foisonnante pour me marquer à ce point !)

A propos laosmonamour

ເກີດຢຸ່ບ້ານມ່ວງສູມ ເມືອງທ່າແຂກ ແຂວງຄໍາມ່ວນ ໄດ້ປະລີນຍາ ຕຣີແລະໂທ ຈາກມະຫາວິທຍາໄລ Robert-Schumann (Strasbourg) ແລະ ປະລີນຍາເອກ ຈາກມະຫາວິທຍາໄລ Paris-Sorbonne, Paris IV Travaille à l'AFP Paris après une licence et une maîtrise à l'école de journalisme de Strasbourg (CUEJ - Robert-Schumann) et un doctorat au CELSA (Paris-Sorbonne)
Cet article, publié dans Poème, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour And you mean you love me

  1. lamluuk dit :

    Un exemple, à mon avis, de la prescience que vous aviez déjà des mondes qui vous attendaient. Une sorte d’intuition profonde qui vous laissait à l’écoute des images qui surgissaient et nourrissaient l’imaginaire d’un esprit libre et créatif.

    Autre élément intéressant, c’est cette espèce de pureté, de fraîcheur, propre aux textes de jeunesse et dont le charme ne se démode pas.

    • laosmonamour dit :

      C’est, en effet, assez surprenant de découvrir qu’on a réellement vécu certaines situations évoquées, imaginées, dans notre jeunesse. Une permanence quand même: l’amour, toujours l’amour et encore l’amour!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s