Laos-France. Un Français moyen

Je suis un Français moyen et j’en suis fier !

Fier et honoré puisque c’était mon choix de devenir Français. Un choix longuement réfléchi, décidé, accepté et totalement assumé. Contrairement aux Français de sang, j’ai pris de manière volontaire la décision de demander la citoyenneté française avec ses droits et, bien entendu, ses devoirs.

Français moyen, puisque issu de l’immigration –voulue ou contrainte-, je ne suis donc pas d’un physique exceptionnel : 1,67 m pour 70 kilos. Un tout petit peu au-dessus des normes, mais pas très loin de la moyenne dans la mesure où les Occidentaux en général et les Français en particulier ont pris du poids ces dernières années en raison de la malbouffe (sandwiches ou hamburgers avalés à la va-vite à midi, parfois en marchant ou devant un poste de travail!).

Français moyen, je me situe à peu près partout dans la moyenne. Un doctorat de 3e cycle et salarié d’une agence de presse, je fais bien évidemment partie de cette fameuse classe moyenne, signe distinctif d’une société civilisée ou développée, selon le canon des experts en économie. Propriétaire d’un petit home sweet home, je possède bien évidemment tous les attributs, certes moins bling-bling que ceux de la haute société bourgeoise ou dirigeante, de ma caste. Smartphone, PC, internet haut débit, vêtements et chaussures de marque, des vacances à l’étranger etc.

 Relativité

Français moyen, je vote également comme la moyenne des Français. Protestataire ou écolo au premier tour, et vote utile et de conviction au second. Issu de l’immigration, je suis aussi contraint de soigner mes édiles locaux et leur apporter mon soutien en fonction de l’efficacité de leur gestion, et non selon mes convictions politiques propres. Quitte à dérouter des amis ou collègues de travail par trop sectaires ou aux convictions idéologiques trop tranchées. Parce que l’expérience d’apatride et d’étranger m’a donné une qualité inestimable : la flexibilité pour ne pas dire la relativité dans ma manière d’appréhender les gens et les choses de la vie.

Français moyen, je pense comme la moyenne des Français que les étrangers savent mieux profiter du système de protection sociale que les autres (48% selon un sondage CSA, in Le Parisien 15/03/2009). Et comme la moyenne des Français, je clame que je ne suis pas raciste, même si certains agissements de personnes n’appartenant pas notre communauté nationale m’enragent parfois, me désespèrent souvent. Surtout quand ils vont à l’encontre des lois et des règlements en vigueur. Parce que moi, fier d’être Français, je respecte ses lois et j’attends le feu vert (pour les piétons) pour traverser une rue ! Et je hais ceux qui mettent leurs agissements inappropriés sur le compte de la colonisation française passée de leur pays natal… 98% de personnes interrogées par ISL considèrent d’ailleurs qu’être français « se mesure au respect de la loi et des institutions françaises » (sondage ISL in Le Monde 25/04/2009).

Famille, famille…

Français moyen, je privilégie, comme la moyenne des Français, les valeurs de la famille (97%), du travail (94%) et de l’amitié (90%) tout en n’accordant que très peu de confiance à la politique (38%)  et au bon fonctionnement du gouvernement (9%). J’aspire naturellement au bonheur (90%) et à l’égalité (57%)  au détriment –un peu- de la liberté (40%). En période de crise, on cherche davantage à protéger ses ressources et sa famille qu’à magnifier la liberté qui n’a jamais, il est vrai,  réussi à nourrir son homme ou sa femme. Ce n’est pas en écrivant son nom ou en clamant à tout va Liberté, Liberté que les populations pauvres du Nord comme celles du Sud parviendront à satisfaire leur faim et leur soif… de liberté, entre autre ! Ce sont les mêmes raisons qui me poussent à me montrer favorable à la préférence nationale pour l’emploi (40%). Et bien sûr, à l’instar de la moyenne des Français, je clame haut et fort ma fierté d’être Français (90%) (ISL/Le Monde).

Il est, certes, vrai que je me souviens toujours, avec rage et tristesse, des vexations subies en préfecture ou à la marie. L’étranger qui n’est bon que pour attendre. L’étranger qu’on fait revenir plusieurs fois sous prétexte qu’il « n’a rien d’autre à faire ». Ou l’étranger auquel on colle automatiquement  l’étiquette d’ouvrier comme s’il ne pouvait pas être ingénieur, médecin, avocat ou journaliste. Des métiers par trop nobles, sans doute, pour des non-Français !

Certes, j’avais aussi rencontré des fonctionnaires compétents, accueillants, prêts à rendre la vie un peu moins rude pour les immigrés légaux. Mais pour un sourire hospitalier, combien de vexations inutiles, combien de temps perdu, combien de scènes de ménage résultant de l’absence de résultats des démarches administratives. Et surtout combien de nuits blanches, de peur du lendemain qui déchante ou d’un renvoi au pays d’origine…. Une peine incommensurable !

Mon nouveau statut de citoyen français s’avère loin d’être suffisant pour me protéger des comportements politiquement incorrects des policiers, douaniers ou agents de sécurité des aéroports etc. qui nous prennent tous pour des malfaiteurs ou terroristes en puissance. Chacun de nous l’a vécu au moins une fois dans sa vie ces  moments de mauvais rêve, que ce soit lors d’un contrôle routier ou de sécurité dans les aéroports. Comme si la parcelle d’autorité qu’ils représentent les a transformés en  intrépides et impitoyables justiciers ou en derniers défenseurs de notre liberté en péril. Comme s’ils ne sont plus des êtres humains capables d’empathie et pourvus d’un cœur !

Français et humanisme

Mais alors, pourquoi les personnes travaillant pour Singapour Airlines  se conduisent-ils si humainement ? Ce sont pourtant des Français qui officient à Paris et à Roissy-Charles-de-Gaulle même ! Dès qu’on arrive dans l’espace réservé à cette compagnie aérienne, l’ambiance devient plus amicale, accueillante et presque conviviale. A croire que le Français moyen peut très bien être toujours habité par un humanisme si cher au berceau des droits de l’Homme. Combiné à un service à bord irréprochable, le porte-drapeau de la cité-Etat figure depuis des années dans le Top-3 des meilleures compagnies aériennes au monde et souvent sur la plus haute marche du podium. Et elle gagne de l’argent !  

Français moyen, j’aurais bien sûr aimé que nos compatriotes détenteurs d’une autorité se comportent avant tout en êtres humains responsables: aimables mais inflexibles sur les principes et les lois. Dans le même temps, voir des jeunes harceler les forces de l’ordre, se battre avec la police me révolte et m’attriste profondément. Je n’arrive toujours pas à comprendre qu’on puisse mettre à l’index les policiers en cas d’incidents alors qu’au départ ils ne voulaient qu’effectuer un contrôle de routine, leur travail quotidien. Si des jeunes refusant d’obtempérer se font ensuite électrocuter dans leur cache, pourquoi la faute incombera-t-elle toujours et uniquement aux policiers ?

Un Français moyen issu d’un continent où le travail et l’hospitalité figurent  parmi les valeurs les plus importantes de sa culture, je suis souvent dérouté par les mouvements de grève, surtout ceux initiés par des fonctionnaires dont l’emploi est assuré à vie.  Et je deviens complètement déboussolé quand j’entends les leaders syndicaux s’extasier sur le nombre de grévistes et de participants aux manifestations. Dire que la France s’est révoltée lorsqu’il y a un million de personnes dans la rue me laisse toujours perplexe et sans voix. Laisseraient-ils entendre, ces syndicalistes, que les 63 autres millions restés sagement chez eux ne représentent pas la France ?

Arnaque médiatique

Et que dire de la frénésie médiatique dans l’affaire du voile islamique ! Une vraie folie, un aveuglement sans commune mesure avec les réalités qui  ne concernaient qu’une centaine d’élèves, tout au plus, dans toute la France.  Dans le même temps, des dizaines, voire des centaines de milliers d’autres élèves de confession musulmane respectent scrupuleusement la laïcité de la République et de l’école. Je conçois qu’à l’heure de l’internet et de l’information en continu, chaque média se doit de suivre l’événement. Ou plutôt un pseudo événement, car il s’agissait d’une manipulation. De l’observateur assidu des faits remarquables, comme se plaisait à qualifier les journalistes le regretté Abraham Moles, nous nous sommes transformés, à l’occasion, en suivistes aveugles et en agents involontaires de propagande !

En tant que journaliste et ancien chercheur des médias, je dois reconnaître que les islamistes ont réussi la meilleure opération de propagande de tous les temps. A peu de frais, de surcroît ! Cet épisode honteux, j’oserais dire, pour notre confrérie se situe juste derrière celui ô combien plus malheureux et triste des otages de l’ambassade américaine de Téhéran et de ses manifestants professionnels. Nourris et logés à proximité par le régime, ils se mettaient à déployer les banderoles et à crier leur haine de l’Amérique sur commande. A la première vue d’une caméra et de journalistes occidentaux ! C’était certainement la plus grande arnaque médiatique de tous les temps.

Un Français moyen, issu de l’immigration de surcroît, je n’ai jamais fait entendre ma voix comme la moyenne des Français, en dehors des élections bien sûr et auxquelles je participe activement et sans aucune exception. Je mesure l’extraordinaire chance de pouvoir choisir, librement, tous mes représentants, du conseiller général jusqu’au président de la République. Je participe toujours à ce  fait démocratique majeur ne serait-ce que par respect pour les peuples qui se battent, et se font tuer, pour avoir les mêmes droits que moi. Bien sûr chacun peut disposer comme il l’entend de sa liberté, mais chacun doit également respecter le choix de la majorité et  ne doit pas chercher à provoquer une révolution permanente dans la société!

Oui, je suis un Français moyen et je suis vraiment heureux et fier de faire partie de cette grande nation qui, de tout temps, a attiré tous les peuples du monde entier par son histoire, sa culture, sa littérature, son romantisme, sa cuisine, son parfum, son vin et son champagne sans oublier, bien entendu, son extraordinaire terroir qui sent toujours bon la vraie France. N’étant pas homme politique, je ne clamerais pas La France, on l’aime ou on la quitte, mais je dirai plus modestement Merci la belle France de m’avoir pris dans tes bras

A propos laosmonamour

ເກີດຢຸ່ບ້ານມ່ວງສູມ ເມືອງທ່າແຂກ ແຂວງຄໍາມ່ວນ ໄດ້ປະລີນຍາ ຕຣີແລະໂທ ຈາກມະຫາວິທຍາໄລ Robert-Schumann (Strasbourg) ແລະ ປະລີນຍາເອກ ຈາກມະຫາວິທຍາໄລ Paris-Sorbonne, Paris IV Travaille à l'AFP Paris après une licence et une maîtrise à l'école de journalisme de Strasbourg (CUEJ - Robert-Schumann) et un doctorat au CELSA (Paris-Sorbonne)
Cet article, publié dans Culture, Essai, Français, News, Société, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Laos-France. Un Français moyen

  1. lamluuk dit :

    Un texte des plus intéressants, et ce, à plusieurs égards…..mots sensibles….mots qui sensibilisent….et mots de sentiments.
    Ce texte, dans sa teneur, se fait la confirmation, une fois de plus, d’un trait remarquable et d’exception du tempérament national Lao. Chez ce dernier, où qu’il soit, cela se traduit par l’extrême flexibilité et son insigne attention à l’autre qui l’accueille, sa reconnaissance toujours envers ce pays hôte et un sens de l’appartenance qui se traduit de tant de façon, à nos yeux. Le respect, l’adhésion aux manières d’être, de vivre, de voir, de sentir, y compris une sensibilité à l’expression artistique du milieu, nous font rechercher leur voisinage. Ils font ressurgir fréquemment cette fierté de les compter parmi nous. Un Lao de France est Français, un Lao du Québec est Québécois, un Lao des États-Unis est Américain, on l’observe si souvent…constat si réjouissant et source d’émerveillement renouvelé pour qui sait voir.
    En outre, ce texte provoque l’étonnement et l’indignation pour le lecteur et les serrements de coeur pour l’immigrant qui y est ou y a été confronté. Ce dernier se bute déjà à tant d’obstacles dans sa quête d’emploi, de statut. Découvrir que s’y ajoutent ouvertement des attitudes discriminatoires où on l’infériorise et joue avec lui en le faisant attendre, puis revenir à répétition, en lui accolant des étiquettes-clichés, voilà qui heurte profondément et soulève la honte en nous, éveille la conscience, voilà qui nous requestionne sur nos propres façons d’accueillir l’étranger, quel que soit le pays d’où l’on est.
    Sur la thématique du voile islamique, sujet certes amplifié par les médias dans le traitement, c’est peut-être la question du respect de l’identité nationale qui est en cause. En fait, l’expression d’une peur collective indéniable que cette identité soit bafouée et donc de plus en plus menacée.
    Par ailleurs, les propos mettent en évidence, tout à la fois, un réel partage de valeurs avec celles de la société française, mais également un choc par rapport à certaines…vous vous dites dérouté par les mouvements de grève….surtout ceux inités par des fonctionnaires dont l’emploi est assuré à vie…
    On ne saurait comprendre la position de l’immigrant qu’en la situant d’une position culturelle et historique autre que celle du Français.
    Généralement, l’immigrant arrive d’un pays aux valeurs plus traditionnelles. Celles-ci se traduisent, pour la plupart des personnes, par une aspiration normale à un meilleur statut économique, à la sécurité physique et matérielle. L’immigrant est davantage dans un mode « survie ». À cela se greffe bien souvent, pour diverses raisons, une soumission plus grande à l’autorité. La personne relègue ses désirs personnels en accordant préséance à ceux de son entourage, de sa petite société. Son sens de l’autre, sa façon d’incarner les valeurs collectives se reflète dans les gestes de solidarité dans la communauté, envers ses pairs. Il attend plus d’eux que des institutions.
    Dans une société moderne (France) ou post-moderne, les valeurs sont plus individuelles, tournées vers « l’expression de soi », la « réalisation de soi », l’idéalisme et l’autonomie; la place de la religion est reléguée dans la sphère privée et non plus publique, la tendance est à la contestation, à l’anti-autoritarisme, à l’égalitarisme. Une morale plus personnelle remplace celle jugée plus collective, la méfiance grandit envers les institutions et s’accroît le désir que ces dernières reflètent la diversité des valeurs individuelles, dans les actions, programmes et politiques. L’individu de la société moderne, une fois satisfait (généralement, loin d’être le cas pour tous) ses besoins de base, passe à un autre niveau de satisfaction. La prise en charge des besoins de tous est une prise en charge « collective », lire sociétale, et non plus de l’individu seul face à un autre.
    Son action se situe simplement sur un autre plan. Il s’avance simplement dans la défense d’un symbole, d’un idéal, d’une aspiration, avec les moyens de son temps, de sa génération….qui n’ont pas nécessairement de sens pour la génération qui suit ou pour l’immigrant.
    Un humain est aussi le produit de son tempérament, de son vécu, de son histoire personnelle, collective et culturelle, de la structuration de sa pensée également. L’immigrant et le natif français, sont très différents à cet égard, et à des lieux parfois diamétralement opposés dans leur vécu, leur histoire, leur pensée, etc. L’un et l’autre doivent temporairement emprunter la position de l’autre pour saisir le point de vue de l’être qui lui fait face et respecter ce bagage parfois irréconciliable….où tous les deux ont parfaitement raison de penser ce qu’ils pensent, de leur point de vue personnel et d’avancer avec ce qu’ils sont.
    Merci infiniment pour cette réflexion offerte avec beaucoup de générosité et livrée avec vérité et sentiment.

    • laosmonamour dit :

      Merci pour vos commentaires si riches et qui complètent assez bien mes propos. Oui, je reconnais que je suis un tout petit peu au-dessus de la moyenne, mais ai trouvé intéressant de « donner » ainsi la parole à cette fameuse classe moyenne. Surtout avec le point de vue d’un immigré… que j’ose espérer dans la moyenne!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s